Comme je l’ai fait dans le passé avec Breizhwoman, Miss Chorizo, Chouya, Le Gars du Sud, et l’Pierrot, j’ai donné carte blanche à un blogguer pour qu’il publie une recette sur mon blog (comme ça, ça me fait des vacances . . .).
Après la Bretagne, mon cher Dauphiné, l’Alsace, le Sud de la France et Paname, direction la Belgique et la ville de Liège.
Vous connaissez vraisemblablement toutes et tous l’émission « J’irai dormir chez vous » ?
Ben je vais inventer le concept « Venez manger chez moi . . . mais amener la bouffe ! ! ! . . .).
Donc carte blanche à ma copinaute Isabel…ge du blog : Pourquoi pas Isa ? ? ? ! ! ! . . .

Isabel…ge :
Bon ben y’a le gars qui m’a proposé de faire de l’échangisme . . .
Le Gars . . . : Ça c’est un truc qui me faisait déjà kiffé tout petit, je faisais de l’échangisme de fôtos de mes album Panini . . . Panini, c’est peut-être ça qui m’a orienté vers les Vienn…oiseries, ou alors le fait que je réside près de Vienne (pô en Autriche ! ! ! . . . ).
Bon, va falloir que je fasse gaffe à ce que je dise (ou plutô, que j’écrive . . .).
A l’époque où Coluche régnait de main de maître sur l’humour français, les Belges étaient nos têtes de Turc.
Le mondé étant devenu ce qu’il est, aujourd’hui, ce sont les Turc qui sont devenus nos têtes de Belges en France . . .
Je ne vais donc pô pousser le bouchon (de Liège . . .) trô loin . . .
Oui, t’as bien lu, au départ moi aussi ça m’a fait flipper ! ! ! . . .
Ça c’est mon côté Flipper . . . le dauphin, tu viens de poser les pieds dans le Dauphin…é ! ! ! . . .
Non mais hé, j’ai un père, trois frères, un mari, deux mâles-ados, deux filleuls, trois neveux, cousins, copains, collègues . . .
Alors, heuuuu, comment t’le dire gars, ben j’suis servie quoi, malotru . . .
Lui : Mheeuuu non, j’t’invite sur mon blog quoi, t’as l’esprit mal tourné ma belle..ge copinaute ! ! ! . . .
Moi :  Oufff …  oui mais je fais quoi moi ?
L
ui : Fais ce que bon te semble, t'as carte blanche, du sucré, lâche toi, et fait moi jalouser de ne pô pouvoir faire la même chôz ! ! ! . . .
Sur ce coup-là, t’avais pô bôcoup « d’mâle » à trouver ! ! ! . . .
Oki, bon, réfléchi  (pas de jeux de mots pourave, j’suis brune) :
-
L
e gars aime pas le chocolat  (j’te jure, ça existe, mais je le soupçonne de mentir pour faire « genre »).
   C’est pô que « j’aime pô » le chocolat . . .  
   C’est que c’est pô trô mon truc.
   C’est mon complexe « Moi j’ai pô des tablettes de chocolat » (ma meuf pourrait surenchérir en disant que
    j’en ai peut-être des tablettes de chocolat, mais cachées sous la Chantilly . . .).
   Je préfère les desserts à base de fruits, ou des crèmes, mais le chocolat si je n’ai pô le choix, j’en mange.
   Pis ma meuf est pareil que moi, voire pire de c’côté-là . . .
- Le gars aime pas les desserts, il préfère un fruit  (mais son livre de chevet c’est « Pièce unique » de Ch. Felder
   et y sais pas s’endormir s’il n’en dévore pas quelques pages).
   Je ne me « livre » pô, mais tu sais déjà que je kiffe les . . . 1000 feuilles ! ! ! . . .
- Après 13 tentatives le Gars a enfin réussi à maitriser les macarons . . .
   S
auf que, comme moi, ben il adore les faire mais il les mange pô ! ! ! . . .
   (
J’te jure, ça existe, mais je le soupçonne de mentir pour faire « genre »).
   Fô, archi fô . . .
   Je les apprécie . . . salés ! ! ! . . . sans lentilles . . .
- Le gars aime bien les cocktails (surtout depuis que Miss P. lui livre les secrets des « grands »).
   Non, j’aime plutôt les coques… tel que je les ramasse en Bretagne l’été . . .
- Quand GP lui prépare un dessert fruité et croquant (et gourmand . . .), ben le gars il applaudi.
   Ben fô bien qu’je m’occupe les mains, puisque quand Mister GP y fout les pieds dans ma cuisine,
    j’ai l’droit de toucher à rien . . .
   Y me pique ma machine à pâte, mon siphon, mon robot, ma fille . . .
Il met de la couleur partout tout le temps, c’est pour souligner les mots important dans le texte
   (au cas où tu te serais endormi en lisant).
   Y’a quand même un grande majorité de filles sur la blogosphère, tant qu’à se donner du mal à faire
   de l’humour (tout du moins de tenter d’en faire) ça serait dommage de ne pô être compris . . .
- Et puis le gars et moi on a le même taf . . .  mais ça n’a rien à voir avec la cuisine, c’est juste pour voir si
   tu suivais toujours.
   Effectivement, méga rien à voir, mais « en chantier » de le savoir . . . 


Résumé :

Pas de chocolat, des fruits, de l’alcool, du fondant, du qui croque et de la couleur . . .
Et puis une image me saute à l’esprit (tracasse ça arrive, même pas mal) je suis dingue du visuel des tartelettes de William Lamagnère et je craque pour l’idée de sa meringue au rhum . . .
Yipikaiiii, ça sera « Tarte Mojito ».
T’es sûre que l’idée de la tarte ne t’es pô plutôt venue en te regardant dans la glace ? ? ? . . .
Un fond de pâte sucrée croquant, une crème d'amande parfumée au citron vert, une garniture pommes Granny / citron vert / menthe fraiche / gelée au rhum et une meringue au rhum.
Le tout forme une tuerie au-delà de tout ce que tu peux imaginer, c’est frais, peps, super bon ! ! ! . . .
Mon seul regret : que le gars et sa meuf n’aient pas été avec nous pour la déguster (Tu ne peux pô imaginer à quel point vous auriez regretté . . . ).
U
n jour, qui sait . . .
Enfin toujours est-il que j’ai à mon tour réalisé cette tarte ce w-e pour le reaps d’anniversaire de Miss Pénible, et que ici aussi, cela a été un succès.
B
en ouais, et « Pourquoi pô Le Gars ? ? ? ! ! ! . . . ». tart-mojito-web
Tarte Mojito (Ø23cm).

Pâte sablée/sucrée :

140 gr. de farine / 50 gr. de sucre / 85 gr. de beurre salé mou / 25 gr. de poudre d’amandes / 1 petit œuf.

Mélanger ensemble tous les ingrédients jusqu’à l’obtention d’une pâte homogène.
Etaler entre deux feuilles de papier cuisson.
Laissez reposer minimum 1 heure au frais.

Crème d’amandes :


120 gr. de massepain artisanal 50/50 (Le massepain c'est ce qu'on appelle en France la pâte d'amande,
50/50 c'est la quantité sucre/amande) / 60gr de crème / les zestes finement râpé d'un citron vert.

Mixer ensemble le massepain, la crème et les zestes pour obtenir un mélange homogène, réserver.

Perso, comme à Bled-sur-Trou où je réside je ne trouve pô grand chôz’, j’ai opté pour une crème d’amande plus « classique ».

66 gr. de poudre d'amande blanche / 66 gr. de beurre / 66 gr. de sucre semoule / 1 œuf moyen /
7 gr. de farine / Une goutte d'extrait de vanille / Une cuillère à café de rhum /
Les zestes finement râpé d'un citron vert.

Mettre le beurre en pommade, ajouter le sucre, la vanille liquide et blanchir.
Ajouter la poudre d'amande.
Mélanger énergiquement.
Ajouter les œufs un par un et blanchir l'appareil.
Ajouter le rhum, la farine et les zestes finement râpé d'un citron vert.
M
élanger.

Cuisson :

P
réchauffer le four à 180°C.
Abaisser la pâte et foncer le moule à tarte.
Mettre dessus une feuille de papier sulfurisé et lester avec des billes.
Enfourner pour 20 minutes.
Sortir du four, enlever les billes et la feuille.
Recouvrir le fond avec la crème d’amandes et remettre la tarte au four pour 10 minutes.
Laisser complètement refroidir.

Gelée Mojito / pommes Granny :

3 feuilles de gélatine / 10gr de sucre / 13cl d’eau / 12cl de rhum blanc / 2 belles pommes Granny /
le jus d'un citron vert / 15 feuilles de menthe fraiche.


P
longer la gélatine dans de l’eau très froide.
Faire tiédir l’eau et le sucre.
Dès que le sucre est dissout retirer du feu et ajouter la gélatine égouttée.
Mélanger, ajouter le rhum, remuer.
Mettre au frais le temps de préparer la suite.
L
aver les pommes et les tailler en petits cubes.
Hacher la menthe, mettre le tout directement dans un saladier avec le jus de citron.
Dès que la gelée commence à prendre sur les bords, ajouter aux pommes.
Mélanger et couler sur le fond de tarte refroidi.
Lisser.
Réserver minimum deux heures au frais.

Quand la gelée est prise et que la tarte est bien froide, garnir de meringue au rhum.

Meringue au rhum :


25 gr. d'eau / 25 gr. de rhum blanc / 150 gr. de sucre / 75 gr. de blanc d'œufs / 15 gr. de rhum blanc.


M
ettre l'eau, le sucre et les 25 gr. de rhum dans un poêlon et faire bouillir.
Mettre les blancs dans le bol du robot et commencer à fouetter à vitesse moyenne dès que le sirop atteint les 110°C.
Quand le sirop est à 118°, le verser doucement dans le bol du batteur, sans l'arrêter, et continuer à fouetter à grande vitesse pendant 5 minutes.
Ajouter les 15 gr. de rhum restant et laisser encore tourner une minute.
M
ettre dans une poche à douille lisse et pocher directement sur la tarte avant de dorer au chalumeau.
Il y a assez de meringue pour garnir la tarte entièrement, mais j'ai préféré faire des plots (rapport à nos jobs et puis aussi pour pô qu'ça soit trop sucré).
G
arder au frais jusqu'à la dégustation.

Commentaire :

C’était hyper super méga bon . . .
Bon, après l’apéro, le blanc, le rouge, fô en r’mettre une couche avec le rhum . . .
Mais bon, y’a des pommes, ça donne bonne conscience . . .
Plus sérieusement, original le Mojitos en version sablé.
Léger (sauf en alcool) et frais, super pour clôturer un copieux repas . . .
Perso, je n’ai pô ajouté de Rhum dans la meringue italienne, peur que ça fasse trô « alcoolisé ».


La tarte réalisée par Le Gars . . . :

02

 

02