Ben dis donc, l’nouveau gouvernement, c’est vraiment n’importe nawak.
A peine élu, v’là t-y pô qu’la fête des pairs tombe un jour impair ! ! ! . . .
Vraiment du n’importe nawak . . . 
       

                                            22 Les blogs «coup             

Dans la série « Le Gars il a du bol ».   
Après le « repas qui tue sa race » d’retour d’vacances concocté par Miss Pénible et Gendre provisoire (qui ont remis ça récemment pour mon anniversaire – que je publierai à l’occas –), pour la Fête des Pères, c’est mon gone qui a décidé de me concocter une surprise : un repas réalisé par « lui tout seul de A à Z » (avec l’assistance « orale » de sa maman et en fonction aussi de ses goûts à lui).
De quel plus beau cadeau pouvais-je rêver ce dimanche ?
Aucun autre bien évidemment, celui-ci était vraiment le plus beau qu’il puisse m’offrir, même si je n’ai eu le droit de pénétrer dans la cuisine de tout le w-e.

2 - Copie

Ben en tout cas, tant au niveau de l’attention que de l’investissement que cela lui a demandé, c’est sans doute le plus beau cadeau de Fête des Pères que je n’ai jamais reçu . . .
Il y a passé le samedi matin (taillage des légumes, et autres préparations), et tout le dimanche matin.
C’est bien la première fois qu’il se lève si tôt le dimanche sans râler.
Et je ne parle pas du temps passer sur internet (sur certains de vos blogs entre autre) afin de trouver des inspirations . . .
Résultat sans appel : Pour une grande première du haut de ses 14 ans ½ (arrête papa, j’ai bientôt 15 ans ! ! ! . . .), , c’était à tomber tant au niveau de la présentation des plats, qu’à la qualité de leur contenu . . .
Madame qui lui prodiguait quelques conseils en cuisine en a été toute aussi fière que moi.
Bon, je ne vous cache pas qu’il a fini « bien naze » en raison de la pression (pô d’la bière) de l’envie de bien faire et de tout le travail accompli.
Je me suis permis du lui accorder une « sortie piscine avec ses potes » bien méritée samedi après-midi et je lui ai épargné la confection du dessert (de 1 parce qu’il l’avait amplement mérité, et de 2 parce que les « gâteau FELDER » ici, c’et moi et uniquement moi qui les réalise . . . Non mais, c’est pô un mioche de 14 ans ½ - heu bientôt 15 ans – qui va m’piquer mon boulot quand même).
Il m’a dit que l’prochain gâteau FELDER, c’est lui qui le fera sous ma surveillance, j’ai hâte, j’ai hâte.

Pour conclure, merci beaucoup à lui, et j’ai vraiment la chance et le privilège d’avoir des gones (et guenons) qui ont pris plaisir à déguster mes plats durant des années, et qui me le rendent bien « par plaisir » aujourd’hui . . .

11
                                                                                                     Apéritif :

12
             Sucettes de tomates cerises caramélisées aux graines de sésame & kiwis-crevettes-ricotta-
                      tomates séchées
& roulades de courgettes farcies à la ricotta et tomates séchées.

14
                                                 Mise en bouche :
                                 Gaspacho de courgettes au curry & copeaux de fromage de chèvre.


17
                                                         Entrée :
                                                            Tartare de saumon au citron et gingembre.

19
                                                              Plat :

19
                               Ballottines de poulet aux épinards, bacon, tomates séchées et Comté
                                                         & julienne de légumes & sauces aux piquillos.


Dacquoise aux fruits version Felder 7
                                                                                                    Dessert : 
                                                                          Dacquoise aux fruits version Felder.


Et ne me dites pô qu’le plus grand bonheur c’est d’gagner au loto, y’a beaucoup plus mieux bien . . . et largement ! ! ! . . .