Italie

Pour4 personnes
- Préparation : 25 minutes (sans la confection des pâtes) - Cuisson : 15 minutes.


Ingrédients :300 gr. de farine blanche type 00 + 100 gr. de farine de semoule + 3 œufs +
                               ½ verre d’eau) / 700
gr. de coques (et pô de coke en poudre Miss CHOUYA
                               – qui est bonne pâte . . . –, 
snifffffffffffffffffffff ! ! ! . . .) / 800 gr. de moules /
                               1 poivron jaune moyen /
1 petit bouquet de persil / 1 gousse d’ail /
                               5 cuillères à soupe d’huile d’olive / 
sel et poivre du moulin.

1

Version en français :

Ca y’est, j’ai craqué ! ! ! . . .
Sitôt rentré de notre séjour vénitien du mois de mai, j’avais pris la décision d’investir dans une machine pour réaliser des « pâtes maison ».
J’avais programmé cet achat pour Noël. Râté ! ! ! . . .
A peine quelques jours après avoir foulé le sol français suite à notre seconde escapade dans diverses ville du nord de l’Italie fin juillet, j’ai craqué ! ! ! . . .
Le Gars devant un magasin d’ustensiles de cuisine, c’est comme une gonzesse devant un magasin de chaussures, tout pareil ! ! ! . . .
Ah c’est sûr que je suis beaucoup mois « excité » dans un magasin de bricolage.
Hein c’est vrai ma chérie, toi qui m’a traîné de force dans des magasins de bricolage (vade rétro . . . viseur ! ! ! . . .) pour m’occuper durant les journées pluvieuses de nos congés ?
Après avoir mit en ligne un reportage détaillé sur la confection des pâtes, voici ma toute première réalisation.
Buon appetito a tutte e tutti . . .
Ciaooooooooooooo

Recette :

Réalisation des pâtes :

Pour la confection des "tagliatelles maison", cliquer "ICI".

Préparation :

G
ratter les moules, les rincer à plusieurs reprises sous un filet d’eau courante, les égoutter, puis les réserver.

Laisser tremper les coques pendant 2 heures 00 dans de l’eau froide afin d’en évacuer le sable, les égoutter, puis les réserver.
Laver le poivron, retirer les graines et les filaments intérieurs, puis l’émincer en petits dés.

Cuisson :

D
époser les moules, les coques et l’ail émincé dans une poêle sur le feu.

Ajouter 2 cuillères d'huile d'olive, couvrir la poêle, puis faire ouvrir les coques et les moules à feu moyen.
Retirer les coques et les moules qui ne s’ouvrent pô.
Retirer la poêle du feu.
Détacher les coquilles des coques et des moules, puis les réserver dans un bol.
(Réserver quelques coques entières pour la garniture).
Filtrer le jus de cuisson à travers une toile, puis réserver.
Faire chauffer l'huile d'olive restante dans une casserole.
Ajouter les dés de poivron, puis les faire cuire quelques instants.
Ajouter les coquillages et leur liquide de cuisson.
Saler et poivrer si nécessaire.
Pendant ce temps, faire cuire les tagliatelles dans de l'eau bouillante salée.
Egoutter les tagliatelles lorsqu’elles sont « al dente ».

Dressage :

D
époser les tagliatelles dans une poêle avec le jus des coquillages, les coques, les moules, les dés de piment et les coques entières réservées.

Parsemer avec le persil ciselé.
Servir chaud.
2

Traduzione in italiano :

En fait, vous aurez dorénavant « gracieusement » le droit aux traductions italiennes sur de nombreuses recettes de pâtes à venir.
Non pô pour copier l’Pierrot qui traduit tout en rosbeef (because he’s a international bloggeur), mais tout simplement parce que le livre de recettes de pâtes dont je m’inspire est intégralement écrit en italien. Je l’avais acheté à Roma il y a quelques années, en prévision de l’achat d’une machine à pâte un jour (et le jour est arrivé ! ! ! . . .).
Et comme je parle italien comme une vache espagnole (like a spanish couille ? C’est comme ça qu’on traduit Pierrot ?) et que je m’exprime dans cette fabuleuse langue latine surtout avec les mains (pô évident à traduire le langage des signes sur un blog – j’ai bien écris « signe », et pô « singe » si certaines personnes pouvaient émettre des doutes –), ben je me trouve dans l’obligation d’écrire les recettes en langue originale (comme sur le bouquin) et de passer via un traducteur pour maîtriser (ou tenter de le faire) les consignes de la recette.
Compliqué le Gars . . . mais d’un ôt’ côté, c’est ki ki fait des progrès en italien ?

Ingredienti :
300 gr. di farina bianca  + 100 gr. di farina di semoula + 3 uove + ½ bicchiere di acqua) /
                               700 gr. di / 800 gr. di vongole / 1 peperone giallo mezzo / 1 mazetto di premezzemolo /
                               1 spicchio di aglio / 5 cucchiai di olio d’oliva extravergine / sale e pepe.

Ricetta delle paste :

E possibile vedere la ricetta delle paste di casa "QUI".

Preparazione :

R
aschiate le cozze, lavatele ripetutamente sotto acqua corrente, scolatele e tenetele da parte.

Tenete le vongole immerse in abbondante acqua fredda 2 ore, affinché perdano la sabbia all’interno, quindi scolatele.
Lavate il peperone, privatelo dei semi, dei filamenti interni e tagliatelo a dadini.
In una padella sul fuoco mettete le cozze, le vongole e lo spicchio d’aglio, sbucciato e leggermente schiacciato ; irrorate con 2 cucchiai di olio d’oliva, coprite la padella e fate aprire i gusci a fuoc moderato.
Eliminate quindi di vongole e le cozze rimaste eventualmente chiuse.

Cottura :

T
ogliete la padella dal fuoco, staccate i molluschi dai gusci e metteteli in una ciotola (tenete la parte qualche vongola intera per garnire il piatto) ; filtrate il liquido di cottura attraverso un telo e tenetelo da parte.

In un tegame sul fuoco fate scaldare l’olio d’oliva rimasto ; unitevi I dadini di peperone e fateli appassire un poco. aggiungete i molluschi e il loro liquido di cottura ; insaporite con un pizzico si sale e pepe, se necessario.
Nel frattempo, fate cuocere le tagliatelle in acqua salata e ebollizione.

Servizio :

S
colatele al dente e fatele saltare in padella con i sugo di cozze, vongole, peperone e le vongole con i gusci tenuti da parte. Cospargetele con il prezzemolo tritato e servitele calde.


Commentaire :

H
onnêtement, y’a pô d’quoi s’la péter.

Mélanger de la farine des œufs et de l’eau est à la portée de n’importe quel blaireau, la preuve . . .
Par contre, je me suis permis d’adresser un p’tit message à ma professeur de macaron attitrée qui réside dans le pays où l’on « pêche » le sanglier en bord de mer : « après 13 tentatives vouées à l’échec, je viens de comprendre que pour que j’y arrive, il suffisait d’ajouter un « i » à macaron ! ! ! . . . »  (je trouvais que ça faisait plus classe en « Italie…hic ! ! ! . . . ) .

La p’tite astuce du Gars :

A
u lieu d’ajouter un peu d’eau pour détendre la pâte, j’ai incorporé du jus de cuisson des coquillages pour apporter « un peu plus mieux bien » de parfum.


Ricordi di Roma :

         Panthéon - 01 Extérieur 01 N-B      Panthéon - 02 Intérieur 06

         Panthéon - 02 Intérieur 08      Panthéon - 01 Extérieur 05 N-B
                                                                                             Le Panthéon.