Allez, un peu de bonne humeur dans un monde de brutes . . .

Attention, toutes les conneries du Gars sont écrites en « Italie... que ! ! ! . . . ».
Les conneries sont en « Italie… que », et le Gars est écrit (ou aigri) en « Gras » (ana… grammes – beaucoup en trop en tout cas – révélateur) . . . au retour de ses vacances durant lesquelles il s’est en… pâte… éh ! ! ! . . .

- « Vous connaissez la dernière ? Y paraît qu’le Gars il a investi dans une machine à Pâtes ».
- « A pâtes à quoi ? ».
- « A pâtes à ti et pates à tas ! ! ! . . . ».
Ca, c’est un vrai préambule de discussion de gonzesses . . . (Et toc ! ! ! . . . )

0

Vous connaissez toutes et tous les 7 pêchers capitaux.
Et bien j’en ai commis un, très récemment.
  
    - La paresse ?
Les vacances sont finies donc, c’est pô ça, et en plus je ne suis pô d’une nature oisive. 

    - La luxure ?
Je bosse pô au FMI, pô d’actions en bourse et en encore moins de bourses en action (voilà, je coupe court – c’est le cas de le dire – à un éventuelle commentaire de « Ma Meuf »).
     - La gourmandise ?
Non, celui-ci de pécher (et encore, si je n’avais mangé que des pêches . . .), je l’ai commis bien avant le début des vacances, ce qui fait que ma Meuf viens de me « suggérer » un régime.
De quoi elle se plait celle-ci, c’est le premier été que je n’arrive pô à la suivre en rando en montagne.
Cela dit, juste derrière, j’ai une super vue (j’ai pô dit « panoramique » ! ! ! . . .).
     - L’avarice ?
Je sais que l’avarice est un problème typiquement Dauphinois au point que lorsqu’un bébé naît dans le coin (mois je suis pô né au coin, mais j’y ai souvent fini . . . après m’être pris le
bec – « Coin-coin » avec un prof, vous l’avez pô lu dans l’canard ?), pour être sûr qu’il soit dauphinois on le jette au plafond.
S’il reste accroché, c’est qu’il a les doigts crochus du Dauphiné.

Ma copinaute du Dauphiné, le plafond, elle l’arrache elle ! ! ! . . .
Cela dit, je crois que tout le monde dit ça des personnes du département voisin.
Pour en revenir à l’avarice, grimper des montagnes genre l’Aravis, j’suis pô encore condamné à la varice . . ., et j’en suis là ravi . . . 
     - L’orgueil ?
Je ne sais pô si c’est un de mes défauts, mais nous tous (et toutes) bloggeurs, avons un certain égo plus ou moins démesuré pour nous mettre en avant sur la blogosphère.
Alors ce pécher, n’est pô récent chez moi, mais il date de 2 ans ½ . . .
     - La colère ?
Je suis colérique moi ?
Les soirs de bringouze (ou les midis, j’ai pô d’préférence), je suis plutôt « Hic ! ! ! . . . » que colère . . .

Bon, je sais, je le reconnais et je l’assume, j’ai commis le pécher de L’ENVIE.
« L’envie d’avoir envie . . . », je nieà l’idée qui m’est passée par la tête . . ., cette machine tu la veux, tu « Laura . . . ».
Lorsque nous sommes rentrés de Venise au mois de mai, l’idée m’a trotté dans la tête.
(Il est vrai que dans la mienne y’a d’quoi faire, c’est pô l’cerveau qui prend d’la place.
Alors pour trotter une idée, elle peut trotter.
C’est un peu comme dans la
Camargue sauf que je suis pô doté de pec… taureaux ! ! ! . . .).
Lors de notre second périple ritalien cet été, l’envie s’est faite de plus en plus pressante, et je me suis dit : « Mon Gars, ta machine à pâte, tu la commanderas à Noël . . . ».
Et bien croyez moi ou ne me croyez pô, mais à cause du réchauffement climatique le Père Noël est passé chez nous cet été . . .
Dingue non c’t’histoire ? ? ? ! ! ! . . .
Remarquez, il est aussi passé en Bretagne cet été, mais c’était pour le Noël dernier, car ils vivent avec 6 mois de retard sur nous là-bas.  

Et pendant ce temps au fond de l’Alsace profonde (pléonasme…) Chouya bonne pâte (facile ! ! ! . . .) est en train de se dire : « Fô que je m’dépêche de faire l’sapin, sinon Papa Noël y va pô passer et je vais me faire enguirlander par mon chéri ».
Pourquoi c’est les filles et pô les garçons qui décorent les sapins ?
Ben parce que les garçons y savent qu’il fô laisser les « connes y faire » . . .
J’aurai pu ajouter que certaines filles (celles qui ont compris – je me demande si de ne devrai pô simplement dire « celle qui a » compris, mais dans le doute . . . – ) pourraient répliquer : « Le Gars y pourrait le décorer le sapin, il a les boules qui servent juste de décoration », mais je trouvais ça trop « hotte » pour l’écrire (m…, c’est fait . . .).
Quoi qu’il en soit, supporter « Le Gars », c’est pô un cadeau . . .

Où en étais-je moi dans cette histoire ?
Ah oui . . .
Donc, j’ai craqué, je le reconnais et je l’assume (j’crois que j’l’ai déjà dit . . . ), j’ai commis le pécher de L’ENVIE et je me suis dit que je referai de même l’an prochain, vu que la fin du monde est programmée le 21 décembre, soit 4 jours avant Noël . . .
J’vais aussi faire plein de crédits avant, vu que je pourrai pô rembourser après l’apocalypse.
J’vais bien trouver un Gars pô trô malin qui bosse dans une banque (genre dans l’sud de la France) pour tomber dans l’panneau… d’la dernière pluie.
Pô con le gars ! ! ! . . .

La machine à pâtes :

F
ô dire que cet appareil là, il est pô compliqué à faire fonctionner, à condition d’avoir des bras (et des mains, oui Chouya je sais et on va pô remettre à deux mains ce qu’on peut faire avec une . . .).

Pô d’piles, pô d’branchement sur une prise (c’est pô ma fôte le réchauffement climatique).
Tout à la main.
Toute la difficulté se résume dans la réalisation de la pâte.

1   23
                            Matériel aphrodisiaque :                                      Pour que les filles soient « ravies… au lit » . . .

Une machine à pâte « basique » (et quelque soit le modèle) vous permet de réaliser des plaques de pâtes pour lasagnes (que l’on peut aussi utiliser pour la confection des cannelloni et des ravioli), des tagliolini (tagliatelle) et des fettuccine (spaghetti).
Après, vous pouvez compléter avec des accessoires divers et variés pour la réalisation d’autre pâtes.

Réalisation de la pâte à . . . pâtes :

Pour 4 personnes
- Préparation : 15 min. - Repos : 6 heures 30 - Cuisson : 12 min.


Ingrédients : 300 gr. di farina bianca tipo 00 + 100 gr. di farina di semola + 4 uove + ½ bicchiere di acqua.
                                300 gr. de farine blanche type 00 + 100 gr. de farine de semoule + 4 œufs + ½ verre d’eau.


2

P
oint hyper MOLTO IMPORTANTO : Il faut utiliser de la farina bianca tipo 00 que l’on ne trouve que dans des épiceries italiennes. . .

3

P
our les œufs c’est pô important, mais fô pô utiliser les œufs d’Pâques… aux tilles . . ., hein Chouya . . .


4

T
amiser la farine « en poudre », puis réaliser un puits.

Battre les œufs en omelette (très légèrement) dans un bol, puis les déposer au centre du puits.
Rabattre la farine au centre du puits, puis procéder ainsi en malaxant délicatement la pâte avec le bout des doigts.
Ajouter un peu d’eau tiède, puis continuer à malaxer avec la paume de la main (5 minutes minimum) tant que la pâte ne soit pô homogène et légèrement souple.

5

D
époser la boule de pâte dans un saladier, couvrir, puis laisser reposer au moins 30 minutes.


Confection des pâtes :

A laide d’un couteau, prélever un morceau de boule de pâte.

Saupoudrer un peu de farine sur le plan de travail, puis déposer la pâte.
Aplatir légèrement la pâte à l’aide de la paume de la main.

6

P
asser la pâte dans le laminoir à lasagne en tournant la manivelle et en diminuant l’épaisseur à chaque passage avec la molette de réglage.


7

 Si vous voulez réaliser des tagliatelles ou des spaghetti, il vous suffit de réaliser des bandes de lasagnes à l’épaisseur souhaitée, déplacer la manivelle dans les rouleaux de pâtes choisies, puis de passer la bande tout en tournant la manivelle.


Séchage des pâtes
(ou comment se servir d’un ustensile que je n’utilise jamais) :

8

Souvent « Ma Meuf », me fait la réflexion qu’elle en a marre de laver le linge, et de repasser.
Nul comme réflexion ! ! ! . . .
Comme si j’en avais marre de boire l’apéro (ce soir, c’est moi qui rince) ! ! ! . . .
Chacun son boulot ma cocotte.
Si Dieu m’avait assigné aux tâches ménagères, il ne m’aurait pô nommé « Le Gars », mais Rachel ou Marie-Laure qui a lavé son blog "plus blanc que blanc, sans utiliser "mon "étendage . . .
N
on mais . . . (C’est pô l’Gars du Sud qui va me contredire – à part pour marquer des points envers le « sexe faible » – ).
E
nfin bref, pour faire taire ma bien-aimée qui ne cesse de dire (en plus c’est même pô vrai) que je sais même pô où est rangé « SA » planche à repasser et « SON » balai (ça c’est vrai par contre, mais le balai c’est un véhicule pour sorcières . . ., et ma chérie, c’est « Ma sorcière . . . bien aimée ! ! ! . . . – elle va m’avoir dans l’nez – ), mais sur c’coup-là, elle peut . . . repasser.

Mais bon, on ne va pô laver notre linge sale et étendre nos différents sur la bloggosphère . . .
Ben ouais, mais avec ma nouvelle acquisition, me voici dans de beaux draps.
Etant d’âge quelque peu avancé (physiquement, pô mentalement – ça serait plutôt l’contraire . . . – ), j’ai terminé la confection des pâtes complètement . . . lessivé ! ! ! . . .
Et de me voir utiliser ainsi son étendage, « Ma Meuf », je l’é… pâte ! ! ! . . .

Et si ma production prend un essor considérable. . .

9

Plus sérieusement (Ben si, c’est possible sur ce blog. C’est rare, mais possible), une fois que vous avez achevé la confection de vos pâtes, il fô les faire sécher pendant environ 6 heures 00 à température ambiante.
Et plutôt que d’investir dans des présentoirs (que je trouve peu fonctionnels, onéreux, et pô fait pour des grandes quantités) de séchoirs genre style ce que l’on trouve chez CASA ou autre magasin d’articles de cuisine, j’ai opté dans un premier temps pour le dossier des chaises métalliques de la cuisine, puis quand j’en ai eu plein l’dos ( ! ! ! . . . ) j’ai opté définitivement sur le sèche linge de Madame.
Dès que les pâtes sont sèches, vous pouvez soit les cuire de suite, ou bien les garder quelques jours dans un récipient étanche.

Commentaire :

C
ela demande certes un peu de temps libre, un peu de boulot, mais la différence de goût avec les pâtes du commerce (même les pâtes fraîches) n’est même pô comparable.

Inutile d’investir dans une machine à pâtes pour réaliser des économies (une fois comptabilisé le temps passée, le nettoyage des ustensiles, etc . . .) mais si vous souhaitez vous évader en direction de l’autre côté des Alpes, c’est totalement GENIAL ! ! ! . . .
Et vous avez intérêt d’aimer, car dorénavant des recettes de pâtes, vous allez en bouffer ! ! ! . . .

Les p’tites astuces du Gars :

L
ors de la réalisation de la pâte, il faut toujours travailler dans le sens extérieur intérieur, puis ramener la farine vers le centre.

Il est très important que l’eau ajoutée à la pâte soit « tiède ».
Lorsque vous prélevez un morceau de pâte pour commencer la réalisation des pâtes, bien recouvrir la boule restante pour éviter qu’elle sèche.
Saupoudrer la pâte de farine entre certains passages au laminoir, lorsqu’elle devient « trop collante ».
A
h, truc hyper
MOLTO IMPORTANTO : Une machine à pâtes se nettoie à l’aide d’un pinceau ou d’un chiffon.
JAMAIS de nettoyage à l’eau . . . à l’eau . . . Allo, le S.A.V. ?
Et après la machine est foutue foutue et c’est pô facile de changer, car chère . . .
Je sais, j’ai fait mieux avant, mais sur c’coup-là, j’avais la « hot pression » . . .

Ciaooooooooooooooooooooooooo tutte é tutti . . .